Un soûlard fou à la présidence des Etats Unis

Il m’arrive d’entendre des gens comparer des soûlards avec des fous (handicapés mentaux). A l’intérieur d’une maison en feu, il y a un malade mental et une personne ivre. Les deux, au même endroit, réalisent que leur vie est en danger. Lequel des deux sortira de la maison le premier ?
Ivresse, ou ébriété ou encore soûlerie peut être définie comme l’état d’exaltation des facultés mentales résultant de l’absorption en grande quantité de boissons alcoolisées. La loi interdit de conduire ou d’opérer certaines machines quand on est ivre. D’après des statistiques, l’alcool aurait causé la mort d’une moyenne de 85 000 personnes l’an aux Etats Unis et coûté le pays environ 249 milliards de dollars. Il faut dire, avec tristesse, que faute de soins, le chiffre n’est pas moins lourd s’agissant des personnes malades mentalement dont le taux de mortalité dans le monde s’élèverait à environ 8 millions.
Le mot fou, convient-il de signaler et ceci à l’eau forte, comporte de plus vastes définitions. Suivant le contexte, un fou peut désigner quelqu’un qui présente des troubles du comportement ou de l’esprit dénotant une altération pathologique des facultés mentales ou qui est dans un état psychologique d’exaltation causé par une forte émotion ou un sentiment poussé au paroxysme. C’est-à-dire, une attitude bouleversée, égarée, enthousiaste, quelqu’un qui est hors de soi.
Fou peut aussi être défini comme quelqu’une ou quelqu’un qui dépasse la mesure considérée comme convenable, par sa violence, son intensité, son fol orgueil, ou le désordre qu’il peut causer. Fou peut être synonyme de passion, de goût excessif, de joie débordante, etc… Fou ou folle peut ne signifier ni l’un, ni l’autre de tout ce que nous venons de dire. Fou peut vouloir dire tout simplement une personne hautaine, vaniteuse, arrogante, ignorante et dangereuse.
Mesdemoiselles, mesdames et messieurs, je comprends que le manque de temps est le bouc émissaire choisi par beaucoup pour ne pas s’informer de ce qui se passe en Haïti, aux Etats unis ou dans le monde. Pour vous qui suivez l’actualité politique dans le pays de l’oncle Sam, à moins que vous soyez supporteurs De Donald Trump, vous serez d’accord avec moi pour dire que le nouveau président tombe dans les dernières définitions du mot FOU.
Alors candidat à la présidence, les gens intelligents et lucides étaient unanimes à reconnaitre que Donald J. Trump n’avait pas le tempérament pour être président. Entre autres il est le seul qui puisse résoudre les problèmes des Etats Unis, le monsieur avait fait d’innombrables déclarations qui prouvaient, de fait, qu’il n’était pas qualifié à être le commandeur en chef de ce grand pays d’Abraham Lincoln et de Barack Obama.
Comme un train qui déraille, Trump fait et dit ce qu’il veut, parfois, même pour son propre malheur. Jésus aurait demandé à son père de lui pardonner, car il ne sait pas ce qu’il fait ou dit. Récemment, pour être plus précis, lundi dernier, Donald Trump a twitté en disant que deux à trois millions de personnes ont voté frauduleusement au cours des dernières élections du 8 novembre. Le vaniteux a parlé sans preuve tangible. Il n’a pas même compris qu’en tant que président des Etats unis qui s’immiscent toujours dans les affaires d’autres pays de la planète en dénonçant souvent des fraudes électorales et déterminant qui sont bien élus et qui sont mal élus, il met non seulement son pays dans une mauvaise position, mais aussi et surtout, il met en question sa propre élection à la tête de la première puissance mondiale.
Le nouveau locataire de la Maison Blanche n’a pas assez d’intelligence pour comprendre qu’il vient de donner raison au congressman de l’état d’Alabama, John Lewis qui disait quelques jours avant son investiture qu’il n’est pas un président légitime, mais plutôt, un de facto.

PUISSANCE ET IGNORANCE, DANGER !

Se fait-on une idée de la raison principale que des grands pays comme le Canada, l’Allemagne, le Japon et tant d’autres grandes nations ne détiennent pas des armes nucléaires ? La raison est simple : on veut éviter la prolifération des armes nucléaires. Et pourquoi la possession de ses armes par la Corée du nord et l’Iran fait tant de palabres ? La raison est encore plus simple : on a peur que ces armes à destruction massive tombent dans de mauvaises mains.
Donald Trump, occupe la fonction la plus puissante dans le monde. Avec sa seule signature, il peut, comme il le fait ces derniers jours, passer des décrets destructeurs pour le pays. Dès son entrée à la Maison Blanche il a signé un décret contre la loi sur l’assurance-maladie, « l’Obamacare », qu’il avait promis d’abroger durant sa campagne. Entre autres le décret sur le libre-échange, Trump a signé en faveur de l’érection du mur sur la frontière du Mexique et des Etats Unis, soit une longueur d’environ 3 200 kilomètres, près de 2000 miles.
Il est à noter que ce fameux mur coûtera 6.5 millions de dollars par mile = 1,60934 kilomètre. Qui plus est, c’est vous et moi qui vivons et travaillons dans le pays qui payerons pour cette putain de mur. La preuve en est bien grande, entre la taxe fédérale, le Medicare, la Sécurité Sociale, la taxe de l’état de Pennsylvanie, la taxe de la ville où j’habite plus deux autres dont j’ai oublié le nom, on prélève $1 000 en moyenne sur mon salaire mensuel.
Citons pour la énième fois Montesquieu, penseur des Lumières, en disant que les peuples ont le gouvernement qu’ils méritent. Cependant, plus de 50% du peuple américain n’ont pas voté pour cet homme qu’on appelle Donald J. Trump. Merci aux coléreux hommes blancs, aux 54% des femmes blanches et aux ignorants de toutes les couches sociales qui nous ont donné ce dictateur, NO THANKS !
Rulio Oscar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *